Prothèse de hanche indemnisation

« Un avocat de confiance est un phare qui apporte la lumière et aide à garder le bon cap », Maître Michel Lamy, ancien Bâtonnier de Rouen 

Maître Morin vous présente ses domaines d’intervention en matière d’indemnisation suite à défaillance concernant une prothèse de hanche. Il reste à votre disposition si vous avez des questions particulières. N’hésitez pas à le contacter via la messagerie.

N’hésitez pas à profiter de notre 1er RDV offert afin d’avoir notre avis gratuitement sur votre situation et notre proposition d’intervention. Cliquez sur la photo

Principe d’indemnisation suite à un problème de prothèse de hanche

Résumé de la réponse à la question comment se faire indemniser ?

  1. Détermination de la Responsabilité : Identifier la cause de la nécessité de la prothèse (accident, faute médicale, défectuosité du produit) est crucial pour déterminer qui est responsable et doit indemniser le patient.
  2. Évaluation Médicale et Préjudices : Une évaluation médicale détaillée est nécessaire pour documenter l’étendue des préjudices subis, y compris la douleur, les limitations fonctionnelles, et les impacts sur la qualité de vie.
  3. Calcul de l’Indemnisation : L’indemnisation doit couvrir tous les frais liés à l’opération, les traitements de rééducation, la perte de revenus pendant la période d’incapacité, ainsi que les dommages moraux.
  4. Procédures Légales : Si la responsabilité est établie (par exemple, faute du chirurgien, produit défectueux), il peut être nécessaire d’entamer des procédures légales pour obtenir une indemnisation juste, notamment si les négociations amiables échouent.
  5. Assistance Juridique : L’accompagnement par un avocat en droit de la santé ou en responsabilité produit peut être crucial pour naviguer dans le processus complexe d’indemnisation et s’assurer que tous les aspects du préjudice sont correctement pris en compte.
Avis personnel : La démarche la plus simple et efficace en cas de problème avec une prothèse de hanche est d'initier un recours en passant par la Commission de Conciliation et d'Indemnisation des accidents médicaux (CRCI).

Les opérations de mise en place d’une prothèse de hanche sont devenues extrêmement courantes et, heureusement, se passent très bien dans la grande majorité des cas. Il arrive malheureusement que suite à la mise en place d’une prothèse de hanche, la victime se retrouve en plus grande incapacité qu’avant l’opération. Les causes peuvent être multiples mais les plus courantes sont le cas d’une prothèse mal adaptée. Il y a erreur si les règles de l’art n’ont pas été respectées. De même si le matériel utilisé n’est pas le bon. L’idée sera de saisir dans un premier temps la CRCI afin que la faute soit reconnue. Si vous êtes dans ce cas, n’hésitez pas à contacter notre cabinet d’avocat pour avoir notre avis. Qui est responsable en cas d’infection nosocomiale ?

A savoir sur les problèmes de prothèses de hanche

La prothèse de hanche a pour objectif de remplacer l’articulation coxo-fémorale lorsque le cartilage articulaire est usé, provoquant une arthrose de la hanche. Il existe une grande variété de prothèses de hanche avec différentes formes et tailles, permettant ainsi de les adapter à la morphologie de chaque individu.

Une prothèse de hanche remplace à la fois l’extrémité supérieure du fémur et le cotyle. La tige de la prothèse de hanche est fixée dans le fémur. Le col de la prothèse de hanche a une forme conique et peut être amovible dans certaines prothèses, offrant ainsi la possibilité de modifier sa direction et sa longueur.

Depuis deux décennies environ, les alliages de titane sont privilégiés pour les prothèses de hanche.

Le cas de l’infection nosocomiale et des prothèses de hanche

Concernant les infections nosocomiales liées à la prothèse de hanche, elles sont graves : elles peuvent provoquer un descellement septique de la prothèse de hanche. Le traitement chirurgical est diversifié et associé à un traitement médical (antibiotiques).

En cas d’infection nosocomiale précoce (dur ant le premier mois après l’opération), un nettoyage chirurgical sans remplacement de la prothèse de hanche peut suffire.

Pour les infections nosocomiales tardives, il est souvent nécessaire de changer la prothèse de hanche pour guérir l’infection. Ce remplacement peut être effectué en une seule étape (retirer la prothèse de hanche et en poser une nouvelle lors de la même intervention) ou en deux étapes. Lors de la première étape, la prothèse de hanche est retirée et un espaceur ou un espaceur rempli d’antibiotiques est mis en place pour une période allant de 6 semaines à 6 mois. Ensuite, lors d’une seconde intervention (deuxième étape), une nouvelle prothèse de hanche est implantée. Généralement, l’utilisation d’un spacer permet au patient de se déplacer à domicile et d’effectuer les activités quotidiennes à l’aide d’un déambulateur ou de deux cannes. Si le patient souffrait d’un descellement, le spacer peut atténuer la douleur, voire même la faire disparaître.

Un recours pour être indemnisé des conséquences de l’infection nosocomiale est tout à fait possible.

Le cas de la prothèse de hanche étant un produit défectueux

Cas tranché par la cour de cassation sur le défaut d’une prothèse de hanche ( 2020 )

Chute causée par une rupture de prothèse de hanche : Un patient tombe après que sa prothèse de hanche implantée se rompt.

Le rapport d’expertise médicale soumis par l’expert judiciaire conclut que la rupture de la prothèse ne peut être expliquée uniquement par un défaut de conception et ajoute que « l’obésité était un facteur contribuant à la surcharge de la prothèse, sans pour autant en être la cause immédiate et unique de la fracture ».

Les juges ne sont pas contraints par les conclusions de l’expert. La victime poursuit en justice le chirurgien et le fabricant de la prothèse défectueuse pour leur responsabilité et demande une indemnisation.

En appel, les juges de première instance établissent la responsabilité du fabricant de la prothèse en notant que la rupture prématurée de celle-ci ne pouvait avoir d’autre explication qu’un défaut de la prothèse et ne se considèrent pas liés par les conclusions de l’expert médical.

Le cabinet d'avocat intervient pour la défense des victimes. Ne pas faire confiance à l'assurance. Si vous vous posez des questions concernant le thème Prothèse de hanche indemnisation suite à un accident de la route, n'hésitez pas à contacter notre cabinet d'avocat.
Questions posées à l’avocat de victimes

Exemples de questions de victimes suite à défaut sur une prothèse de hanche

Problème de prothèse de hanche

Rentré à l’hôpital et le même jour opération de la hanche droite avec pose d’une prothèse. Sortie de l’hôpital sans rééducation dans un centre spécialisé, faute de place. Rééducation à domicile avec un Kinésithérapeute – 15 séances en tout. A l’issue de ces 15 séances, toujours aussi mal à ma hanche et très handicapé dans ma vie privée. Mail au chirurgien lui confirmant notre consultation, mais lui indiquant que j’ai de vives douleurs dans ma jambe droite et je lui demande si je peux le voir avant. Avec ces douleurs persistantes j’anticipe et le dimanche je prends un R/V en urgence, pour le lendemain. Le chirurgien me demande de descendre au service radio pour un radio de la hanche et du genou et de remonter le voir. Comme il ne trouve rien à dire à ma hanche il me trouve une légère arthrose au genou, me propose de me faire des infiltration que je refuse. Il me fait une ordonnance pour des semelles orthopédiques et me donne une prochaine consultation. Entretemps je suis allé voir un médecin du sport qui m’a fait faire une scanner + Irm de ma hanche et il s’avère que ma prothèse est mal positionnée. A ce jour je souffre toujours autant et de plus ma jambe gauche sur laquelle repose le poids de mon corps me fait atrocement souffrir. En résumé j’ai une consultation prévue à la clinique du sport pour une éventuelle 2ème opération. Que puis je faire comme procédure pour obtenir réparation ? Accepteriez vous mon dossier en tant qu’avocat ?
Réponse : je vous propose un entretien afin d’évoquer votre situation. Ce sera l ‘occasion que vous me posiez toutes vos questions et que je vous indique les procédures possibles et ce qu’il est opportun ou pas de faire. Dans cette attente

  1. Rassemblez vos documents médicaux : Assurez-vous de rassembler tous les documents médicaux pertinents, y compris les dossiers de votre hospitalisation, les rapports de radiologie, les ordonnances, les rapports de votre médecin du sport et tout autre document lié à votre traitement.
  2. Notez vos souffrances et préjudices : Gardez un journal détaillé de vos douleurs, de vos limitations physiques et de l’impact sur votre vie quotidienne. Ces informations pourraient être utiles pour démontrer l’étendue de votre préjudice.
  3. Préparez-vous à une éventuelle action en justice : Si la résolution à l’amiable n’aboutit pas, vous devrez peut-être engager une action en justice. Il y a la possibilité de saisir dans un premier temps la CRCI.
  4. Il faudra être patient : Les affaires de responsabilité médicale peuvent être longues et complexes. Il est important de rester patient et de comprendre que les procédures judiciaires peuvent prendre du temps.

Taux minimum de AIPP et Prothèse de la hanche

Il s’agit d’un accident de la vie privée – lourde chute d’une hauteur d’un mètre sur un sol de béton avec comme résultat un volumineux hématome de la hanche droite ainsi de la cuisse haute et la fracture du col fémoral droit classée Garden 4 ainsi le bras droite cassé. J’ai eu donc une prothèse totale de la hanche ainsi  le bras plâtré. Vous écrivez sur votre site:  « Indépendamment de la gêne fonctionnelle due à l’état de la hanche, pour l’atteinte infraclinique et les contraintes dues à la présence de la prothèse 10 % AIPP ou DFP ».  Le médecin Conseil de la Compagnie d’assurances cependant a évalué mon préjudice  corporel AIPP seulement à 7 %; les souffrances endurées à 3,5/7  et le préjudice esthétique à 0,5/7. Est-ce que ce médecin a le droit d’évaluer en dessous de 10 % le AIPP ? Le taux pour les souffrance endurées me semble un peu bas compte tenu que j’avais besoin à cause de douleur d’avoir un lit médicalisé à la maison pour 6 semaines après une semaine de séjour à l’hôpital et les 3 semaines de séjour au SSR (10 semaines en tout), s’ajoute un transfert éprouvant d’une durée de 8 heures après une semaine d’hôpital.

Réponse : je peux vous proposer, si vous le souhaitez, un rendez vous téléphonique pour que nous ayons le temps d’étudier votre cas, que vous puissiez poser vos questions et que je vous donne mon avis d’avocat. En attendant sachez :

  1. Les évaluations de l’AIPP (Atteinte à l’Intégrité Physique et Psychique) varient d’un médecin à un autre, et les compagnies d’assurance ont souvent tendance à minimiser ces évaluations pour réduire le montant de l’indemnisation. Il peut être utile de consulter un médecin indépendant pour obtenir une évaluation plus objective de votre AIPP.
  2. Vous pouvez contester l’évaluation de l’AIPP si vous estimez qu’elle est injuste.
  3. Il peut être utile de documenter toutes les preuves médicales et les détails concernant votre état de santé, les traitements et les soins reçus, ainsi que l’impact de l’accident sur votre vie quotidienne. Ces informations pourront être utiles pour étayer votre demande d’indemnisation et pour appuyer vos arguments si vous décidez de contester l’évaluation de l’AIPP.
  4. Concernant les souffrances endurées et le préjudice esthétique, ces éléments sont également évalués individuellement et peuvent varier d’un médecin à un autre. Si vous estimez que ces évaluations sont trop basses, vous pouvez également les contester en apportant des preuves supplémentaires et en consultant un médecin indépendant.
  5. La communication avec votre compagnie d’assurance est essentielle. Faites-leur part de vos préoccupations concernant l’évaluation de l’AIPP et demandez des explications sur la manière dont ils sont parvenus à ces chiffres. Vous pouvez également demander une réévaluation de votre dossier si vous avez de nouvelles preuves ou informations à soumettre.

Infection suite prothèse hanche

Mon mari s’est fait opérer il y a 3 ans d’une prothèse de hanche, quelques jours après un staphylocoque pitivus a été détecté. Il avait été mis sous anti-biotique. Depuis quelques mois il a de grosses douleurs, il est retourné voir un chirurgien qui lui a confirmé que l’infection est toujours présente et dois se refaire opérer. Soit en 1 opération, soit en 2 car si l‘infection est virulante il sera 4 mois en fauteuil roulant avant de remettre une prothèse.

Prothèse de hanche

Je suis un homme qui a subit deux prothèses totales de hanches. J’ai eu un suivi annuel (contrôle radio), où j’ai arrêté d’être suivi car mes douleurs et sensations de craquements n’étaient pas prises en comptes (prescriptions d’anti douleur). S’en suit des consultations d’ostéopathie, de chiropractie, de rhumatologie et de médecine générale pour essayer d’améliorer mon confort, sans résultats. J’ai eu une baisse de forme (vertiges, fatigue maux de tête), état général impacté, j’ai donc du être arrêté à cause d’une tachycardie sans savoir d’où cela venait. Ma hanche gauche grinçant de plus en plus j’ai demandé une prise de sang auprès d’un chirurgien car j’avais une intuition concernant une intoxication au métal de la prothèse de hanche. Les résultats ont démontré un taux plus qu’élevé de chrome de cobalt et de fer dans le sang… Mon état ne s’arrangeant pas et étant seul à faire des démarches j’ai décidé de me tourner vers un autre chirurgien qui m’a fortement conseillé d’arrêter toute activité physique car mon fémur risquait de se casser à n’importe quel moment. En effet, la prothèse était plus qu’usée, j’avais une grosse métalose ainsi que deux tumeurs autour du fémur du à la poussière de métal. S’en sont suivi des opérations longues douloureuses et compliquées au niveau rééducation. J’estime que si l’on m’avait écouté, entendu lors de mon suivi je n’en serais pas là aujourd’hui. Le suivi n’a pas été fait correctement au vue de la matière de ma prothèse.

Prothèse de hanche et métallose

J’ai été opéré pour la pose d’une prothèse de hanche en métal sur métal. Suite à une éruption cutanée persistante, j’ai pris contact avec un chirurgien orthopédique. Après examen, il a recommandé de changer cette prothèse. L’imagerie a révélé un kyste important, et après ponction et analyse, la présence de cobalt, chrome et métal à des niveaux élevés a été démontrée. Lors de cette intervention, j’ai subi une greffe osseuse afin de réparer les dégâts causés par cette prothèse. Cependant, après le changement de la deuxième prothèse, il n’y a eu aucune adhérence en raison de microparticules de métal. De plus, un kyste de 95 cm x 45 x 36 a été enlevé. Il semble évident qu’il sera nécessaire de changer une troisième fois cette prothèse non adhérente. Que me conseillez-vous de faire ?

Erreur médicale prothèse de hanche

Mon époux a été hospitalisé pour pose d’une prothèse de hanche droite. Il est sorti de la Polyclinique. A la suite de sa convalescence, il s’est rendu au service de radiologie de la Polyclinique à 11h pour effectuer une radio  et à la suite consultation avec le chirurgien Docteur. C’est au cours de cette visite que le chirurgien a informé mon époux qu’il avait fait une grave erreur, que la rotule que l’on lui avait posée était d’un diamètre de 36 mm au lieu de 32 mm et qu’il y avait un risque important, qu’il fallait qu’il recommence l’opération, dans la semaine, mais qu’il partait en vacances et qu’il lui proposait un associé. Mon époux étant tellement catastrophé par cette annonce, n’a pas accepté cette intervention aussi hâtive, surtout du fait que moi-même je devais subir une intervention le mardi suivant. Il a donc été décidé, d’un commun accord avec le chirurgien que celui-ci reparle de cette intervention avec ses collègues. Nous avons donc été prévenu que le Dr « UNE REPRISE INSERT PROTHESE TOTALE DE HANCHE DU COTE DROIT » . Mon époux a donc dû revoir l’anesthésiste et à la suite de ce rendez-vous a dû se rendre au service des entrées pour réserver une chambre. Il va sans dire que mon époux, moi-même, toute la famille, nous subissons un préjudice moral très important, mon époux, vivant tous les jours avec la crainte que la prothèse lâche puisque la rotule n’est pas clipsée (cela se voit nettement à la radio) ! et sans compter l’angoisse permanente depuis cette « annonce » de repartir pour une nouvelle intervention !

Connaitre mon taux aipp

Ma mère suite à une opération de hanche, s’est retrouvée avec un décalage de plus de 3cm de différence entre les jambes avec obligation de porter des grosses chaussures orthopedique, provoquant des inflammations et douleurs aux pieds et des douleurs de dos. Elle a perdu en autonomie et ne peut plus conduire. Pourriez-vous m’indiquer son taux AIPP ?

Après opération pour pose d’une prothèse de hanche à ce jour je marche avec canne

Après opération pour pose d’une prothèse de hanche le chirurgien m’a fait ouverture pour Tendon. Bien sûr toujours douloureux. J’ai passé plein d’ examens tout est normal. Je suis allé voir ostéopathe. Mon tendon est mort. J’ai une jambe plus longue. En fait l’opération pour moi est une catastrophe. Autant sur le préjudice moral que physique. Et les conséquences avec ma famille.

Infection nosocomiale

Suite à mon opération d’une prothèse de hanche j’ai dû être reopérée d’ urgence pour un staphylocoque doré. Je voudrais que l’on me renseigne sur les démarches à suivre pour éventuellement me faire indemniser en cas de besoin car je suis déjà très contrainte avec des perfusions jour et nuit en espérant que la suite sera plus heureuse mais je n’y crois pas vraiment…. Pourriez-vous svp me renseigner sur le suivi de cette affaire.

BESOIN D’ AIDE

J’ai eu une prothèse de hanche, qui s’est mal passée, des douleurs, spoas bloqué, jambe plus courte…. J’ai monté un dossier auprès de la CRCI. Nous sommes en Septembre et je dois passer une 3e visite d’expertise, dans le cadre « aléa thérapeutique« , ce que je trouve inadmissible, j’ai subit une 2e opération qui m’a soulagé, mais je me retrouve au point de départ toujours mal. Je me suis présentée seule, sans médecin expert ou avocat et j’ai bien vu les arrangements que les parties essayer de faire, je viens vers vous pour savoir si vous pourriez en tant qu’ avocat m’assister dans la dernière ligne droite.

Infection suite à pose de prothèse de hanche

J’ai été opéré pour la première fois d’ une prothèse de hanche, une infection (staphylocoque doré) a été découverte aux urgences mais rien n’a été dit ou fait…Après un choc septique, je suis opéré d’urgence pour nettoyer la prothèse et repartir avec une ordonnance d’antibiotique mal écrite, ce qui fait que pharmaciens, infirmiers et moi même avons lu 12 jours de traitement au lieu de 12 semaines…. D’après mon chirurgien, cette mauvaise interprétation de l’ordonnance oblige une troisième intervention pour remplacer la prothèse, traiter et suivre un traitement d’antibiotique pendant cette fois 12 semaines. L’opération a donc été réalisée avec succès aux dires du chirurgien, opération très très douloureuse et qui aujourd’hui me laisse avec la jambe droite plus courte de 3 cm…..( prothèse de hanche gauche). Je suis commercial et ne peux pas reprendre mon travail, je perds toutes mes primes, mes revenus ont fortement diminué et cette suite d’opérations de ne m’a pas laissé indemne psychologiquement ….Je viens vers vous pour savoir quels sont mes droits, vers qui dois-je me retourner….

Demande d’assistance pour une expertise

J’ai une expertise médicale suite à une triple opération de la hanche. 1 broche puis mise en place d’une prothèse. Cette dernière s’est décelée très rapidement. Opération fait à l’Hôpital privé. Ensuite j’ai du être à nouveau hospitalisée pour la mise en place d’une nouvelle prothèse.

Infection nosocomiale et problèmes avec la prothèse de hanche

J’ai eu 3 prothèses de hanche suite à une infection, un décelement et conflit du psoas. Je ne suis pas du tout d’accord avec l’expertise pour l’indemnisation. Je souhaite savoir la conduite à tenir avant le rdv avec la commission.

Jambe plus courte après pose de prothèse de hanche

Suite à une opération de la hanche droite, j’ai une différence de longueur entre 2 et 3 cm (plus courte). Depuis, j’ai une lombalgie et curalgie côté droite.  Le chirurgien me dit que mon bassin va se rectifier. J’en doute et je souffre énormément.