Quelle indemnisation pour accident de la vie ?

« Un avocat de confiance est un phare qui apporte la lumière et aide à garder le bon cap », Maître Michel Lamy, ancien Bâtonnier de Rouen 

Maître Morin vous présente ses domaines d’intervention en matière d’accident de la vie. Il reste à votre disposition si vous avez des questions particulières. N’hésitez pas à le contacter via la messagerie.

N’hésitez pas à profiter de notre 1er RDV offert afin d’avoir notre avis gratuitement sur votre situation et notre proposition d’intervention. Cliquez sur la photo

Quelle indemnisation pour accident de la vie ? Pauline A.

Madame A., l’élément fondamental dans la détermination de votre indemnisation est votre contrat de Garantie Accidents de la Vie (GAV). Chaque contrat a ses propres termes et limites, et il est crucial de comprendre les couvertures spécifiques qu’il offre. Les types de préjudices couverts peuvent varier, incluant les dommages corporels, esthétiques, psychologiques, ainsi que les pertes professionnelles et de revenus.

L’évaluation de vos dommages est une étape clé. Elle est généralement effectuée par un expert mandaté par l’assurance. Toutefois, vous avez le droit de vous faire accompagner par un médecin conseil et/ou un avocat pour assurer une évaluation juste et complète de vos préjudices. Le référentiel Dintilhac est souvent utilisé dans ce cadre pour garantir qu’aucun aspect de votre préjudice n’est négligé, en tenant compte des conséquences financières, professionnelles et personnelles.

Le respect des délais est également important dans le processus d’indemnisation. Il est généralement requis de déclarer l’accident à votre assurance dans les 5 jours ouvrés. Même si ce délai est dépassé, les demandes effectuées dans les deux ans suivant l’accident sont habituellement acceptées.

L’indemnisation doit être calculée de manière détaillée, en prenant en compte tous les aspects du préjudice subi. Elle vise à couvrir les frais médicaux, la perte de revenus, les besoins en assistance, et d’autres dépenses liées à l’accident. Dans le cas où un tiers est impliqué, sa responsabilité et son assurance peuvent jouer un rôle dans l’indemnisation.

Enfin, si vous avez une protection juridique, elle peut aider à couvrir les frais juridiques associés à votre cas. Je suis à votre disposition pour vous assister dans ces démarches, vous représenter et défendre vos intérêts, afin de garantir que vous recevez une indemnisation juste et adéquate pour les préjudices subis.

Questions de victimes

Questions de victimes sur les délais l’indemnisation d’un accident de la vie

Avis sur proposition d’indemnisation accident de la vie

Suite à un accident de la vie privée, je souhaite votre éclaircissement sur la proposition d’indemnité que m’a fait Pacifica.
J’ai à votre disposition l’expertise et la proposition de Pacifica. Pouvez vous m’aider et me dire si c’est acceptable. J’ai regardé les calculs de barèmes et je vois une différence avec ce qui m’est proposé. L’assureur me propose 3500€ pour les souffrances endurées et 4200€ pour le déficit fonctionnel permanent. Qu’en pensez vous ?

Assistance avocat pour l’indemnisation suite à un accident de la vie

Suite à un accident de la vie, durant lequel je me suis fait une luxation du coude droit plus une fracture M3 de la tête radiale, puis lors de l’opération ils m’ont inoculé un staphylocoque doré, je dois passer ces prochains jours devant le médecin expert de l’assurance qui a tendance forcément à travailler pour l’assurance et à diminuer les conséquences et séquelles aussi je souhaite un avis extérieur et l’appuis d’un avocat. A quelle indemnisation pensez vous que je puisse prétendre ?

Accident de la vie, chute chez un voisin

Je suis tombée sur une passerelle en bois mouillée dans le jardin d’un voisin. Résultat : fracture du péroné et suis seule chez moi. Ai-je droit a une indemnisation ? Qui va payer les frais médicaux ?

Accident de la vie piqure de guêpe

Je me suis fait piquer par une guêpe et, suite à cela, j’ai dû subir une opération en raison d’une grave infection. Malheureusement, l’infection a persisté, nécessitant une autre intervention chirurgicale. Par la suite, mon annulaire droit ne répondait plus, ce qui a entraîné une autre opération incluant le remplacement d’une poulie et une rééducation en centre de rééducation et de réadaptation pendant deux périodes de trois semaines. Malgré ces efforts, le fonctionnement de mon doigt ne s’est pas amélioré, aboutissant finalement à une amputation. Étant droitier et travaillant comme agent technique dans une mairie, cette situation a eu un impact significatif sur ma vie professionnelle. L’assurance avait initialement proposé une somme de 2000 euros, que nous avons refusée. Je suis actuellement dans l’attente d’une expertise médicale auprès d’un expert de l’assurance. Face à ces circonstances, je m’interroge sur les indemnités auxquelles je pourrais prétendre à la suite de cet accident