Indemnisation victime par ricochet

« Un avocat de confiance est un phare qui apporte la lumière et aide à garder le bon cap », Maître Michel Lamy, ancien Bâtonnier de Rouen 

Signification de la « victime par ricochet » : quelle indemnisation possible ?

N’hésitez pas à profiter de notre 1er RDV offert afin d’avoir notre avis gratuitement sur votre situation et notre proposition d’intervention. Cliquez sur la photo

Principe de l’indemnisation de la victime par ricochet

La victime par ricochet est la victime indirecte d’un accident. Selon la nomenclature Dintilhac, en cas de décès de la victime directe dans un accident, la victime par ricochet peut prétendre à l’indemnisation de deux postes de préjudice extra patrimoniaux : le préjudice d’affection et le préjudice d’accompagnement.

Exemple de la tierce personne

Il arrive souvent qu’un proche de la victime interrompe son activité professionnelle pour pouvoir s’occuper de la victime et devienne ainsi la tierce personne. La cour de cassation en date du 8 juin 2017 a indemnisé la victime indirecte de sa perte de revenus alors même que la victime directe était indemnisée du poste de préjudice tierce personne. La cour de cassation a dit que ces deux postes ne se confondaient pas.

Si vous êtes victime par ricochet d’un accident et que vous vous posez des questions sur votre indemnisation, n’hésitez pas à demander son avis à notre cabinet d’avocat.

Questions posées à l’avocat de victimes

Exemples de questions de victimes sur l’indemnisation de la victime par ricochet

Victime par ricochet

J’aurai voulu avoir des renseignements à la suite d’un accident corporel. Tout d’abord, je précise que je suis initialement pacsé avec mon conjoint puis marié. Ce dernier a été victime d’un accident grave ; en effet il a été renversé par une automobiliste alors qu’il circulait en moto. A la suite du procès la conductrice a été jugée responsable de l’accident et le Fonds de Garantie a pris le relais, puisque cette personne n’était pas assurée. Mon conjoint a été gravement polytraumatisé, reconnu invalide à plus de 80% ; il a été indemnisé à l’issue de la période de consolidation. Il y a quelques années, il y a eu une aggravation sur un membre supérieur, nécessitant des interventions chirurgicales et donc une nouvelle indemnisation, à l’issue de l’expertise médicale. A ce jour, mon époux doit faire face à une seconde aggravation, celle ci sur un membre inférieur. Une nouvelle intervention chirurgicale a été pratiquée pour la pause d’une prothèse de genou. Actuellement son état n’est pas consolidé. Malgré le fait que nous avions été défendu par un avocat, à aucun moment mon préjudice « par ricochet » n’a été évoqué et à ce jour je n’ai jamais été indemnisé. A l’époque nous ne savions pas que cela pouvait être le cas, par ailleurs nous ne pouvions pas imaginer les conséquences de cet accident dans ma propre vie (préjudice moralsexuel, financier ..etc.) Je précise que lors de la première expertise médicale, il avait été évoqué mon intention de quitter mon emploi pour prendre ma retraite (militaire) afin de s’occuper au mieux de mon conjoint. J’aurai voulu savoir s’il était toujours possible de faire valoir mes droits au regard de la situation et, dans l’affirmative, comment procéder pour entamer cette démarche d’indemnisation.

Victime par ricochet

Mon fils a eu un gros traumatisme crânien avec embarure frontale etc… Dans le coma 7 jours. Le dossier de mon fils s’est terminé à l’amiable. J’ai arrêté mon travail d’aide soignante à domicile le jour de l’accident pour deux raisons.  M’occuper de mon fils et mon état de santé ne me permettait plus d’exercer mon métier. J’ai supporté pendant 10 ans les crises du comportement de mon fils. Les conséquences !! A ce jour j’ai tout perdu,  mon travail,  ma maison, je présente des manifestations anxio dépressif sévère qui m’empêche de travailler. Puis je prétendre à un préjudice économique depuis l’accident et jusqu’à quand  en tant que victime indirecte par ricochet ? J’ai tous les documents nécessaires qui prouvent mes dires. L’assurance a indemnisé mon fils, quant à moi même les frais d’hôtel ne m’ont pas été remboursé. Ils m’ont proposé 10000€ pour préjudice moral. J’ai refusé.